fbpx
Chaque dollar égalé jusqu'à $50 000 jusqu'au 31 décembre ! Donnez aujourd'hui.
Notre mécanisme SpeakUp®
Logo Nonviolent Peaceforce avec point bleuDonner

Conflit et faim au Soudan : un appel à l’action des ONG

Date: 11 avril 2024

Le conflit au Soudan a déjà créé la plus grande crise de déplacement au monde. Aujourd’hui, les combats, les déplacements et le manque d’accès humanitaire aux populations les plus vulnérables exposent des millions de personnes au risque de sombrer dans des niveaux d’urgence d’insécurité alimentaire aiguë et de malnutrition..

En tant qu’organisations humanitaires travaillant au Soudan, nous lançons un appel à l’action face aux niveaux croissants de conflit, de violence organisée, de violence sexuelle et aux preuves croissantes de la faim induite par le conflit à laquelle est confrontée la population soudanaise. Une action diplomatique forte et fondée sur des preuves est nécessaire pour protéger les civils et exiger un accès humanitaire sans entrave par tous les points d’entrée disponibles. Nous appelons au respect du droit international humanitaire et au respect des exigences des résolutions 2417 et 2573 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui condamnent l'insécurité alimentaire induite par les conflits et la destruction d'objets indispensables à la vie civile.

Depuis le début des hostilités le 15 avril 2023, la population soudanaise est prise dans un conflit aux proportions majeures. Cela a profondément exacerbé la crise préexistante de la faim et de la malnutrition infantile et 8,5 millions de personnes déplacées. Aujourd'hui, fini 25 millions de personnes au Soudan, au Soudan du Sud et au Tchad sont prises au piège dans une spirale de détérioration de la sécurité alimentaire, de violence et de déplacements. Les rapports de l'IPC avertissent que la faim a atteint le niveau le plus élevé jamais enregistré au cours de cette période. la récolte saison–une période qui est généralement la période la plus sûre de l’année en matière de sécurité alimentaire.

La population estimée confrontée à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë (Phase 3 ou supérieure de l’IPC) est passée de 15 millions à 17,7 millions personnes (37 pour cent de la population), soit une augmentation de 18 pour cent par rapport à la projection précédente. L'analyse IPC publiée en décembre 2023 prévoit 4,9 millions de personnes (10 pour cent de la population) doit être en phase 4 de l’IPC (urgence). Les arrivants soudanais risquent d’être confrontés à des conditions catastrophiques Tchad et Soudan du sud, car ils exercent une pression supplémentaire sur des ressources déjà surchargées et un financement limité. Le temps presse pour empêcher une détérioration rapide de la crise d’insécurité alimentaire provoquée par le conflit. La communauté internationale et les parties au conflit doivent prendre des mesures immédiates pour réduire la faim et prévenir une situation d’urgence catastrophique en matière de malnutrition.

Agences humanitaires capacité atteindre les personnes dans le besoin se détériore en raison de la violence accrue et de l’ingérence des parties belligérantes. Empêcher qu’une aide alimentaire suffisante parvienne à la population et cibler les infrastructures de production et de distribution alimentaires ainsi que les moyens de transport des aliments est un problème. violation directe de Sécurité des Nations Unies Conseil Résolution 2417. Cette résolution a été approuvée à l’unanimité en 2018 pour condamner l’utilisation de la faim et de la famine comme arme de guerre.

Les personnes qui subissent le plus gros du conflit sont celles qui sont les plus susceptibles d’avoir épuisé leurs moyens et leurs stratégies pour éviter tout danger, comme les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées. À peu près 2,9 millions enfants souffrent déjà de malnutrition aiguë et 729 000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë sévère – la forme de faim extrême la plus dangereuse et la plus mortelle. Enfants sont déjà en train de mourir de malnutrition et selon le Cluster Nutrition du Soudan, environ 222,000 gravement enfants malnutris et plus de 7 000 nouvelles mères risquent de mourir dans les mois à venir si leurs besoins nutritionnels et sanitaires ne sont pas satisfaits.

La crise alimentaire croissante a de fortes répercussions sur le genre, les femmes et les filles étant confrontées à un risque accru de la violence sexiste, y compris la violence sexuelle. Déjà avant le conflit, les normes sociales dictaient que les femmes avaient peu de contrôle sur les ressources et que les femmes et les filles mangeaient en dernier et en dernier dans leur foyer, conduisant à 79% des femmes ne répondant pas à leurs besoins alimentaires quotidiens minimum. Aujourd’hui, les femmes et les adolescentes doivent continuellement choisir entre la famine et la sécurité face à la pauvreté. violence ou du harcèlement lorsqu’ils tentent d’accéder aux marchés, aux champs, aux opportunités de subsistance, aux sites de distribution humanitaire ou à d’autres zones. On rapporte également que des femmes et des filles sont forcées de recourir au sexe pour survivre pour accéder à la nourriture, et que les mariages précoces et forcés se multiplient.

L'escalade des hostilités a provoqué des dommages importants et des perturbations aux infrastructures et services essentiels, y compris ceux nécessaires à la production, à la transformation et à la distribution des aliments, ainsi qu’aux installations d’approvisionnement en eau et de soins de santé. Dans tout le pays, plusieurs usines et marchés de production alimentaire ont été brûlé et détruit et l'aide alimentaire a été pillée à grande échelle. Alors que les marchés locaux continuent de fonctionner dans de nombreuses régions du pays, la perte de pouvoir d’achat provoquée par le conflit les expose au risque de s’effondrer. Tout aussi inquiétant, il y a eu au moins 284 signalé attaques contre les soins de santé depuis le 15 avril 2023 – notamment le meurtre de 61 agents de santé et les dégâts causés aux établissements de santé à 62 reprises. Les attaques compromettent l'accès des civils, en particulier des femmes et des enfants, aux services essentiels, notamment à la nutrition et à la santé.

Le 15 mars 2024, le secrétaire général de l'ONU a déclenché la résolution 2417 en soumettant une note blanche au Conseil de sécurité sur l'urgence alimentaire au Soudan, qui s'est ensuite réuni pour discuter de l'urgence. Il s’agit d’une première étape importante, qui doit être suivie d’une action concrète de la part des parties au conflit ainsi que des États membres de l’ONU et de la communauté internationale pour garantir que les parties au conflit respectent leurs obligations.

Pour protéger les civils et prévenir une famine catastrophique :

  • Nous exhortons toutes les parties au conflit à prendre des mesures immédiates pour empêcher l’escalade de la crise alimentaire au Soudan. Cela implique de ne pas cibler, piller ou endommager accidentellement des sites ou des infrastructures essentielles aux systèmes alimentaires, tels que les marchés, les terres utilisées pour l'agriculture ou l'élevage, ou les installations de stockage de nourriture comme les silos ou les entrepôts.
  • Nous appelons les forces armées soudanaises et les forces de soutien rapide à respecter leurs promesses énoncées dans la Déclaration d'engagement de Djeddah à protéger les civils du Soudan, et assurer leur diffusion et leur adhésion le long des différentes chaînes de commandement jusqu'au niveau local. Ces engagements, essentiels à la réduction de l’insécurité alimentaire, comprennent des accords visant à permettre aux civils un accès sûr, régulier et fondé sur des principes à l’aide humanitaire, y compris l’accès transfrontalier, et à protéger le personnel et les biens humanitaires. Il est également impératif que toutes les parties au conflit prennent des mesures pour parvenir à une résolution pacifique du conflit, garantir une cessation durable des hostilités à court terme et s’attaquer aux causes sous-jacentes du conflit.
  • Nous appelons la communauté internationale à augmenter de toute urgence le financement de la réponse humanitaire au Soudan et examiner l’impact global de la crise de la faim. Dans la mesure du possible, les systèmes alimentaires et les marchés locaux existants doivent être soutenus pour continuer à fonctionner, notamment par le biais de programmes monétaires. Le soutien financier à la réponse humanitaire doit également être conçu pour prendre en compte les vastes ramifications de la crise alimentaire qui nécessite une réponse multisectorielle. Un financement adéquat pour les clusters de sécurité alimentaire, de nutrition, WASH, de santé sexuelle et reproductive, de santé maternelle et infantile et de protection (y compris la protection de l'enfance et la prévention et la réponse à la VBG) est essentiel pour atténuer les impacts croissants de l'insécurité alimentaire croissante à court et à long terme. , et doivent atteindre les organisations nationales et locales, y compris les organisations de femmes et les réseaux d'entraide.
  • Nous exhortons également la communauté internationale et toutes les parties au conflit, y compris les autorités soudanaises, à atténuer les obstacles bureaucratiques ou administratifs indus à l’aide humanitaire. Le financement doit s’accompagner d’un accès sans entrave aux populations les plus vulnérables, afin de garantir une intensification de la réponse motivée par les besoins humanitaires. Les acteurs internationaux doivent également veiller à ce que des exemptions humanitaires soient garanties pour toute sanction potentielle.
  • Nous appelons le Conseil de sécurité à organiser des séances d'information régulières et ouvertes pour surveiller la mise en œuvre des dispositions de la résolution 2724 du Conseil de sécurité des Nations Unies., et les recommandations pour lutter contre l'insécurité alimentaire avancées par la Note blanche sur le Soudan relative à la résolution 2417 du Secrétaire général de l'ONU.
  • Nous appelons le Conseil de sécurité à respecter ses engagements dans le cadre du Programme pour les femmes, la paix et la sécurité et à prendre des mesures pour prévenir les violences sexuelles liées aux conflits qui sont répandue à travers le Soudan. Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies (1820, 1888, 1960 et 2467) condamnent la violence sexuelle contre les femmes et les enfants dans les conflits armés et exhortent les États membres à adopter une approche centrée sur les survivants en matière de prévention et de réponse, tout en renforçant l'accès des victimes à la justice, notamment en l’enquête rapide, la poursuite et la punition des auteurs.
  • Nous rappelons également qu'avant la crise en cours, le Soudan était confronté à une situation humanitaire désastreuse affectant 30% de la population. Nous sommes désormais alarmés par le fait que la violence actuelle pourrait continuer d’exacerber la détérioration rapide et dramatique de la situation humanitaire. La saison des pluies, qui doit démarrer en juin, risque de limiter encore davantage l'accès aux zones reculées. Nous exhortons la communauté internationale à anticiper ces besoins, à promouvoir une action collective et à mobiliser rapidement les ressources nécessaires pour sauver des vies et protéger les communautés touchées.

Signataires

  1. Action contre la faim
  2. ADRA
  3. Une lumière
  4. ALIMA
  5. CAFOD
  6. SE SOUCIER
  7. Préoccupation mondiale
  8. Coopi
  9. Organisation Humanité pour le Développement et la Prospérité
  10. Aperçu de l'insécurité
  11. Comité international de sauvetage
  12. LM International
  13. MedGlobal
  14. Équipes Médicales Internationales
  15. Corps de la miséricorde
  16. Nonviolent Peaceforce
  17. Aide de l'Église norvégienne
  18. Conseil norvégien pour les réfugiés
  19. Plan international
  20. Première Urgence Internationale
  21. Sauver les enfants
  22. Solidarités INTERNATIONALES
  23. Triangle génération humanitaire
  24. Welthungerhilfe
  25. Vision des mots
  26. ZOA
Vous pouvez protéger les civils qui vivent ou fuient un conflit violent. Votre contribution transformera la réponse mondiale aux conflits.
flèche droite
Français