fbpx
Chaque dollar égalé jusqu'à $50 000 jusqu'au 31 décembre ! Donnez aujourd'hui.
Notre mécanisme SpeakUp®
Logo Nonviolent Peaceforce avec point bleuDonner

LETTRE OUVERTE AU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL GUTERRES SUR LA PROTECTION DES ENFANTS EN ISRAËL ET DANS LES TERRITOIRES PALESTINIENS OCCUPÉS

Date: 16 novembre 2023

Source : Liste de surveillance sur les enfants et les conflits armés
Lien vers la sourceIci 

Cher SG Guterres,

Nous sommes alarmés par l’escalade des hostilités en Israël et à Gaza et par les conséquences inadmissibles qu’elle entraîne sur les enfants israéliens et palestiniens. Comme vous l’avez souligné le 6 novembre, Gaza est en train de devenir un « cimetière pour enfants ». Nous vous écrivons pour vous exhorter à ajouter les Forces de défense israéliennes, les Brigades Qassam (Hamas) et le Jihad islamique à votre liste d’auteurs de violations graves contre les enfants dans les conflits armés (la soi-disant « liste de la honte ») avec effet immédiat. et donner la priorité à la protection des enfants dans votre réponse au conflit.

Les forces israéliennes et les groupes armés palestiniens ont commis de graves exactions équivalant à des crimes de guerre au cours des hostilités actuelles. À propos 1200 personnes en Israël, y compris au moins 31 enfants, ont été tués, selon les autorités israéliennes, en grande partie lors de l'attaque du 7 octobre menée par des combattants dirigés par le Hamas. Ils ont également pris en otage plus de 240 personnes, notamment à au moins 30 enfants.

Entre le 7 octobre et le 7 novembre, 4 237 enfants palestiniens ont été tués, selon le ministère de la Santé de Gaza, au milieu des bombardements intensifs des forces israéliennes, représentant plus de 40 pour cent du total des morts. Le nombre d'enfants tués à Gaza au cours des trois semaines qui ont suivi le 7 octobre a dépassé le nombre total d'enfants tués chaque année dans les zones de conflit mondial depuis 2019. Avant les hostilités actuelles, cela a également été l'année la plus meurtrière jamais enregistrée pour les enfants palestiniens en Cisjordanie, où 86 ont été tués par les forces israéliennes et les colons.

Les attaques israéliennes ont également endommagé au moins 278 établissements d'enseignement et 120 établissements de santé. Les coupures d'électricité, de carburant et d'électricité, ainsi que le refus délibéré de toute aide humanitaire, même si elle est largement insuffisante – des actes qui s'apparentent à des crimes de guerre – ont également mis la vie des enfants en danger. Cette situation est compliquée par l'incapacité de presque tous les enfants malades ou blessés de partir chercher des soins médicaux en dehors de Gaza.

L'OCHA de l'ONU a exprimé inquiétudes concernant les allégations selon lesquelles des installations militaires se trouveraient à proximité immédiate des hôpitaux et la demande des autorités israéliennes d'évacuer les hôpitaux, déclarant qu'"il n'y a aucun endroit sûr où aller pour ces patients, et pour ceux qui sont sous assistance respiratoire et les bébés dans des incubateurs, un déménagement serait serait presque certainement une condamnation à mort ».

Le meurtre et la mutilation d'enfants, l'enlèvement d'enfants, les attaques contre des écoles et des hôpitaux et le refus de l'accès humanitaire sont autant de violations graves contre les enfants dans les conflits armés, selon les résolutions 1612 du Conseil de sécurité et les résolutions ultérieures sur les enfants et les conflits armés (CAAC).

Avant l’escalade actuelle, les Nations Unies avaient vérifié des milliers de violations graves commises contre des enfants en Israël et dans les territoires palestiniens occupés dans le cadre de l’agenda de la CAAC. Dans ton Rapport annuel 2022 sur les enfants et les conflits armés, vous avez exprimé votre inquiétude face à une augmentation significative des cas de violence contre les enfants palestiniens à la suite des frappes aériennes israéliennes en 2021, et avez averti que si la situation se répétait, Israël devrait être ajouté à votre liste. Cette année-là, 86 enfants palestiniens ont été tués et 1 121 ont été blessés. Vous avez également été préoccupé par l’augmentation des meurtres et des mutilations d’enfants par les groupes armés palestiniens et avez déclaré que ces groupes seraient inscrits sur la liste en 2022 s’il y avait un nombre élevé de violations contre des enfants cette année-là. Cependant, à ce jour, ni Israël ni les groupes palestiniens n’ont été inclus dans votre liste annuelle des auteurs de violations graves contre les enfants.

L’escalade dramatique des hostilités en Israël et à Gaza ces dernières semaines et la montée en flèche du nombre de décès d’enfants exigent une action urgente. Plus précisément, nous vous invitons à :

  • ajoutez immédiatement les forces israéliennes, les Brigades Qassam (Hamas) et le Jihad islamique à votre « liste de honte » pour leurs graves violations contre les enfants,
  • inclure des références explicites au respect et à la protection des droits de l'enfant lors du plaidoyer en faveur d'une action des parties au conflit ;
  • souligner qu'il est impératif pour toutes les parties de respecter strictement le droit international humanitaire au cours de leurs hostilités, de mettre fin aux attaques illégales, aveugles et disproportionnées et de prendre en compte l'intérêt supérieur de l'enfant dans chaque décision qu'elles prennent ;
  • tirez parti de vos bons offices auprès des parties belligérantes concernées et de leurs alliés pour plaider vigoureusement en faveur d’actions concrètes visant à protéger les enfants et à mettre fin aux graves violations dont ils sont victimes.

Nous comptons sur votre engagement sans équivoque pour garantir la sécurité et le bien-être des enfants touchés par ce conflit.

Cordialement,

  1. Lloyd Axworthy, ancien ministre canadien des Affaires étrangères et président du Conseil mondial pour les réfugiés et les migrations
  2. Ishmael Beah, auteur à succès et ambassadeur itinérant de l'UNICEF
  3. Carol Bellamy, ancienne directrice générale de l'UNICEF (1995-2005)
  4. Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International
  5. Le lieutenant-général. (retraité) Roméo Dallaire, fondateur de l'Institut Dallaire pour l'enfance, la paix et la sécurité, ancien commandant de la Force de la Mission d'assistance des Nations Unies au Rwanda
  6. Tiffany Easthom, directrice exécutive, Nonviolent Peaceforce
  7. Tirana Hassan, directrice exécutive, Human Rights Watch
  8. Ezequiel Heffes, directeur de Watchlist sur les enfants et les conflits armés
  9. Anthony Lake, ancien directeur exécutif de l'UNICEF et ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis
  10. Yanghee Lee, ancienne présidente du Comité des Nations Unies sur les droits de l'enfant, présidente du Centre international des droits de l'enfant
  11. Achaleke Christian Leke, directeur exécutif de Local Youth Corner (LOYOC) Cameroun, jeune ambassadeur de l'UA pour la paix
  12. Stephen Lewis, ancien directeur adjoint de l'UNICEF, ancien représentant spécial des Nations Unies sur le sida en Afrique
  13. Rosemary McCarney, ancienne ambassadrice du Canada auprès des Nations Unies et de la Conférence du désarmement
  14. Benyam Dawit Mezmur, ancien Rapporteur spécial sur les enfants et les conflits armés du Comité africain d'experts sur les droits et le bien-être de l'enfant, professeur de droit à l'Université du Cap-Occidental
  15. Mikiko Otani, ancienne présidente du Comité des droits de l'enfant de l'ONU
  16. Savita Pawnday, directrice exécutive du Centre mondial pour la responsabilité de protéger
  17. Allan Rock, ancien ambassadeur du Canada auprès des Nations Unies et président émérite de l'Université d'Ottawa
  18. Shelly Whitman, directrice générale de l'Institut Dallaire pour les enfants, la paix et la sécurité

Pour une version imprimable de cette lettre ouverte, veuillez cliquer ici.

*Cette page sera régulièrement mise à jour avec de nouveaux signataires. 

pc : CICR/Mhanna, Hisham

Vous pouvez protéger les civils qui vivent ou fuient un conflit violent. Votre contribution transformera la réponse mondiale aux conflits.
flèche droite
Français