fbpx
Chaque dollar égalé jusqu'à $50 000 jusqu'au 31 décembre ! Donnez aujourd'hui.
Notre mécanisme SpeakUp®
Logo Nonviolent Peaceforce avec point bleuDonner

Rapport de février 2010 sur le Sri Lanka

Date: 1 février 2010

Après l'élection présidentielle de janvier, au cours de laquelle le président sortant Mahinda Rajapaksa a remporté un second mandat, son principal rival politique – le général à la retraite Sarath Fonseka – a été arrêté le 8 février. À la fin du mois, des accusations formelles n'avaient pas encore été portées bien qu'au moment de son arrestation, le gouvernement ait publié des déclarations affirmant que les accusations incluraient un complot visant à renverser le gouvernement du Sri Lanka (GoSL). L'ancien général, qui depuis son arrestation est détenu au quartier général de la marine sri-lankaise à Colombo, doit être inculpé en vertu de la loi militaire et, à ce titre, sera jugé par un tribunal militaire. La nouvelle de l'arrestation de Fonseka a été accueillie par un certain nombre de manifestations à Colombo, organisées par divers groupes comprenant des membres de partis d'opposition, des avocats et des organisations de femmes.

L'Union européenne (UE) a annoncé que ses États membres avaient décidé de suspendre son Système généralisé de préférences plus (SPG+) au Sri Lanka, en raison de préoccupations concernant le bilan du pays en matière de droits de l'homme. La suspension ne devrait entrer en vigueur qu'en juillet 2010, ce qui laissera au gouvernement sri-lankais le temps de prendre des mesures pour que la décision soit annulée.

Voici un résumé de certaines des principales activités des équipes NP en relation avec ses domaines de projet actuels :

Améliorer la sûreté et la sécurité des observateurs électoraux locaux et des communautés vulnérables :

Accompagnement protecteur des observateurs électoraux des trois organisations partenaires de NP : PAFFREL (Action populaire pour des élections libres et équitables), VMC (Centre de surveillance de la violence électorale), et CaFFE (Campagne pour des élections libres et équitables) dans les districts de Batticaloa, Vavuniya et Jaffna lors des élections du 26 janvier, le personnel régional de NPSL et quatre Observateurs de la protection internationale (OPI) ont passé la première moitié de février à organiser de nombreuses réunions avec des acteurs locaux de la société civile pour obtenir leur à la fois sur le déroulement des élections présidentielles et sur leurs attentes pour les prochaines élections législatives du 8 avril.

Lors de ces réunions, NP a rencontré divers dirigeants communautaires et religieux locaux, des défenseurs des droits de l'homme (DDH), des organisations non gouvernementales (ONG), des dirigeants de gouvernements locaux et des responsables de plusieurs partis politiques. Les réactions concernant la question de savoir si les élections présidentielles avaient été libres et équitables ont suscité des réactions mitigées. Cependant, la grande majorité des personnes consultées ont convenu que la concurrence sera vive à l'approche des élections législatives d'avril, ce qui pourrait entraîner une augmentation possible des affrontements violents entre groupes rivaux alliés à différents partis politiques.

À Vavuniya, VMC ont rapporté à NP qu'un de leurs moniteurs avait été arrêté après les élections et détenu en garde à vue pendant quatre jours. Selon la police, il avait été arrêté pour avoir pénétré dans le PDI camps à la ferme Menik. Il a été libéré lorsque le commissaire aux élections est intervenu et a précisé aux autorités qu'en tant qu'observateur électoral, il avait le droit de visiter les camps. Le personnel du NP lui a rendu visite après sa libération et l'a rassuré, ainsi que la communauté locale, qu'ils effectueraient des visites de suivi afin de surveiller la situation.

À Vavuniya, NP a reçu des informations selon lesquelles la plupart des femmes de la région n'ont pas voté parce qu'elles ne comprenaient pas le système électoral.

A son siège de Colombo également, NPSL a tenu plusieurs réunions avec des représentants de PAFFREL, VMC, et CaFFE afin de procéder à un débriefing approfondi sur le travail effectué lors des élections présidentielles et de discuter d'une éventuelle collaboration future pour les prochaines élections d'avril. Les commentaires reçus des organisations partenaires ont été positifs et elles ont toutes souhaité que la relation de travail avec NP se poursuive. Cependant, il y avait un consensus parmi les trois partenaires que la forme de ce futur partenariat devrait changer, sur la base des résultats et des résultats des travaux du mois précédent. Fin février, des discussions étaient toujours en cours pour déterminer le rôle du NP lors des élections d'avril.   

Accroître la sécurité des enfants touchés par les conflits armés :

Dans la région de l'Est du pays, les deux équipes NP de Batticaloa et de Valaichchenai ont effectué un certain nombre de suivis auprès des familles réintégrées et des centres de formation professionnelle (VTC) afin d'évaluer la situation actuelle des anciens enfants soldats qui se préparent à rentrer. à leurs familles et leurs communautés, et pour déterminer les moyens par lesquels NP peut aider à soutenir leur réintégration. Le personnel de NP a tenu des discussions dans plusieurs VTC pour présenter le maintien de la paix civil non armé de NP (UCP) cours de formation (voir la section Renforcement des capacités ci-dessous), pour laquelle il a été généralement convenu qu'un tel cours aiderait effectivement à répondre aux besoins de sécurité personnelle. D'autres discussions auront lieu, cependant, afin de faire face à ce qui est sans doute un plus grand défi pour ces jeunes : le manque d'opportunités économiques et d'emploi dans leurs communautés d'origine, dont beaucoup se trouvent dans des zones rurales assez éloignées.  

À Valaichchenai, l'équipe NP a soutenu un agent du service de protection de l'enfance de probation, qui enquêtait sur un cas d'abus sexuel très médiatisé. NP a assuré une présence et une surveillance internationales à deux reprises : premièrement, lorsque l'agent a effectué une première visite dans la communauté de la victime présumée ; et deuxièmement, lors d'une conférence de cas à laquelle Probation a assisté à Batticaloa, qui comprenait également des représentants de UNICEF, le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), les officiers médicaux judiciaires (JMO) et l'Unité de protection de l'enfance du district (DCPU). Deux jours après cette conférence, NP a accompagné l'agent de probation, la victime présumée et sa famille lorsqu'ils ont assisté à une séance à huis clos au tribunal de première instance de Batticaloa, dans le but de tenter d'identifier les agresseurs présumés. 

Les efforts de NP pour encourager les organisations de protection de l'enfance à mener des programmes de sensibilisation se sont poursuivis ce mois-ci. L'équipe de Valaichchenai a rencontré Probation pour discuter de la nécessité de programmes dans les communautés isolées - des zones particulièrement vulnérables aux cas de violence sexuelle - et du soutien que NP pourrait apporter. Sûr les mêmes lignes, UNICEF a demandé la présence de NP à son programme parrainé de sensibilisation aux droits de l'enfant, qui s'est tenu dans le même village où l'agression sexuelle présumée (mentionnée ci-dessus) avait eu lieu. Ceux qui assistent à l'événement, outre UNICEF et NP, comprenaient des agents locaux de promotion des droits de l'enfant (CRPO) et des représentants de Sarvodaya, de la police du Valaichchenai, des fonctionnaires du gouvernement local et des membres de la communauté. Construire des ponts, faciliter la coordination et la collaboration et soutenir les relations entre toutes les parties prenantes ont été des éléments importants des efforts à long terme de NP en matière de protection de l'enfance dans le district.

Renforcement des capacités des individus et des organisations communautaires à s'engager dans le maintien de la paix civile non armée au niveau communautaire :

"Vous nous avez très clairement appris à travailler avec confiance"

 (Participant à la session d'introduction de deux jours de NP UCP Entraînement)

Février s'est avéré être un mois très chargé et passionnant pour l'équipe du programme de renforcement des capacités, car ils ont dispensé la première formation d'introduction au maintien de la paix civil non armé (UCP) pour les dirigeants communautaires du district de Batticaloa. La formation de deux jours s'est tenue les 13 et 14 février au bureau du secrétariat divisionnaire à Chenkalady, qui a été identifié comme un lieu central pour les vingt participants, dont quatorze étaient des femmes.

Au cours des deux premières semaines du mois, deux membres du personnel national de NPSL ont rendu visite aux participants dans leurs communautés afin de les faire réfléchir à la formation, de mettre au point la logistique et de répondre à toutes leurs questions. Lors de ces rencontres, les participants ont partagé leur enthousiasme pour la formation à venir ; à quel point ils estimaient qu'il était important de pouvoir acquérir des connaissances expérientielles sur la façon dont ils pourraient eux-mêmes améliorer leur propre sécurité ; et quels types de mécanismes étaient à leur disposition pour les soutenir.

L'objectif de la formation était de présenter aux dirigeants communautaires le contexte, les principes et les stratégies de base de UCP. Cela comprenait l'engagement des participants dans des activités et des exercices qui leur permettraient de cartographier les risques pour leur sécurité et les aideraient à identifier - sur la base des stratégies apprises lors de la formation - où ils pourraient jouer un rôle dans la réduction de ces risques, et de quel soutien ils auraient besoin de la part de les autres.

Au cours des deux jours, NP a également accueilli deux visiteurs qui avaient été invités à observer la formation. Il s'agissait de deux fonctionnaires du gouvernement local : le coordinateur des ONG internationales dans le district de Batticaloa et le coordinateur adjoint du district pour les mesures de confiance et de stabilisation.

La formation s'est avérée être un grand succès. Au cours de l'exercice de clôture, chaque participant s'est levé à tour de rôle et s'est remercié pour tout ce qui avait été partagé, et a exprimé sa gratitude à tous ceux qui leur ont appris quelque chose de nouveau et qui leur ont donné la confiance nécessaire pour exprimer leurs préoccupations et partager leurs expériences. En fin de compte, les vingt participants ont exprimé leur désir de faire partie de la prochaine formation afin qu'ils puissent devenir des UCP les membres de l'équipe et plus de 85% ont affirmé qu'ils se sentaient désormais plus confiants pour engager le dialogue avec d'autres, y compris ceux de différentes communautés ethniques, chaque fois que des tensions ou des conflits survenaient.

Vers la fin du mois, NPSL a commencé à effectuer des visites de suivi avec les dirigeants communautaires et chaque communauté a sélectionné deux des quatre participants initiaux pour participer à la prochaine étape du processus, la prochaine formation des formateurs (ToT), qui doit se tenir vers fin mars.

Améliorer la sûreté et la sécurité des défenseurs locaux des droits de l'homme (DDH) :

À Vavuniya, tout au long du mois de février, l'accent a été mis sur l'aide aux communautés locales pour accéder aux mécanismes et ressources appropriés afin de répondre à leurs besoins en matière de droits humains et de sécurité personnelle. À cette fin, NP a accompagné deux DDH du district de Mannar à une réunion avec le coordinateur de la Commission des droits de l'homme (HRC) à Vavuniya, à qui ils ont décrit la situation actuelle à Mannar et demandé des visites régulières de la HRC dans la région. Deux jours après cette première réunion, NP a accompagné le coordinateur du HRC à une réunion tenue au bureau du secrétaire divisionnaire à Mannar, où il a rencontré trois DDH locaux, le Comité des disparitions et des familles qui avaient perdu des proches. Au cours de la réunion, plusieurs personnes ont déposé des dossiers concernant des disparitions auprès du Coordonnateur du CDH afin que des enquêtes puissent être lancées. Il a également été convenu que le Coordonnateur effectuerait des visites mensuelles à Mannar pour assurer le suivi de ces cas et d'autres cas similaires.

Toujours à Vavuniya, NP a surveillé deux zones où se trouvent des villages nouvellement réinstallés, peuplés d'anciens déplacés musulmans et tamouls. Dans les deux zones, les problèmes de droits fonciers ont provoqué des tensions intercommunautaires ; dans un effort pour désamorcer ces tensions et réduire le potentiel de violence interethnique, NP a facilité les contacts entre le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), la Commission foncière et les familles et communautés affectées afin que les rapatriés puissent suivre leur cheminement respectif. réclamations auprès des autorités compétentes.

L'équipe NP de Batticaloa a organisé et animé une réunion à Ampara avec le Consortium des agences humanitaires (CHA) dans le cadre de son initiative visant à renforcer les capacités des organisations sri-lankaises de défense des droits de l'homme en offrant un soutien en ressources humaines. Un accord de partenariat est déjà en place entre NP et CHA et, selon ses termes, l'équipe de Batticaloa détachera un de ses collaborateurs pour CHA-Ampara à temps partiel pour les aider à développer leur travail basé sur les droits.

L'équipe de Batticaloa a également accompagné un DRH lorsqu'il a participé à plusieurs réunions sur une période de trois jours pour désamorcer et finalement résoudre un conflit qui s'était développé dans l'une des communautés frontalières entre les populations tamoules et musulmanes locales. Après des discussions impliquant la communauté locale et les chefs religieux, la police et les membres de la communauté locale, l'affaire a été résolue pacifiquement à la satisfaction de tous.

Malgré le manque de personnel tout au long du mois, l'équipe de NP à Jaffna a fourni un accompagnement protecteur à l'un des DDH de NPSL basé à Colombo pour leur permettre de mener à bien leur travail dans plusieurs zones reculées et isolées de Jaffna, Mannar et Trincomalee. De cette manière, NP vise à soutenir les DDH de manière durable pour les aider à renforcer leurs propres capacités et confiance dans l'exercice de leurs activités légitimes.

Dans le sillage des élections présidentielles, la NPSL DRH L'unité de Colombo a reçu un certain nombre de demandes de présence protectrice et d'accompagnement – presque quotidiennement au début du mois. Ces demandes provenaient principalement de journalistes et d'organisations médiatiques qui avaient fait l'objet de niveaux croissants d'intimidation et de harcèlement pendant et après la période électorale. Au total, la DRH L'unité a offert un soutien protecteur à 19 DDH, qui comprenait la fourniture de 9 présences protectrices et 8 accompagnements protecteurs. Principalement, les présences ont été effectuées dans les bureaux des DDH afin qu'ils puissent continuer à effectuer leur travail en toute sécurité, tandis que les accompagnements comprenaient des cas de protection directe des DDH à leur domicile ou lors de leur relocalisation vers des lieux plus sûrs et, à plusieurs reprises, lorsque les DDH ont signalé leur cas aux agences des droits de l'homme.    

NPSL ont effectué une présence de deux jours dans les locaux d'un média qui, quelques jours auparavant, avait été contraint de cesser ses activités. Au moment de la présence, le travail avait repris et se poursuivait normalement, mais le directeur de l'organisation avait commencé à recevoir un nombre élevé d'appels téléphoniques menaçants et avait demandé l'aide de NP pour élaborer des plans d'urgence afin d'assurer sa sécurité et celle de son personnel. Après les deux jours durant lesquels aucun incident majeur ne s'est produit, le directeur a décidé que la présence quotidienne d'IP n'était plus nécessaire. Cependant, le DRH L'unité a continué à rester en contact téléphonique régulier avec les membres du personnel au cours des jours suivants et a également continué à fournir un soutien au directeur et à sa famille alors qu'ils préparaient des plans d'urgence pour assurer leur sécurité continue.

NP a également accompagné l'épouse d'un journaliste disparu lorsqu'elle a rencontré la Commission des droits de l'homme (HRC) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) de fournir des informations sur le cas de son mari afin que des enquêtes sur sa disparition puissent être ouvertes. Et dans le cas d'une autre journaliste qui a fait l'objet de menaces contre sa sécurité pendant et après les élections présidentielles, NPSL l'a aidée à développer son propre réseau de sécurité afin de réduire considérablement les risques pour sa sécurité personnelle.

Vers la fin du mois, NP a été approché par le chef de la branche basée à Colombo d'une organisation internationale, exprimant des inquiétudes quant à la sécurité du personnel suite à des informations médiatiques non fondées l'impliquant dans des activités antigouvernementales.  NPSL a répondu en assurant une présence protectrice quotidienne dans les bureaux de l'organisation ainsi qu'un accompagnement protecteur quotidien au directeur exécutif. En mars, le DRH L'unité prévoit d'effectuer des évaluations des risques et de dispenser une formation à la sécurité à tous les membres du personnel. 

Outre ces activités de protection directe, les DRH L'unité a organisé et animé une table ronde au siège de NPSL pour rassembler des DDH de tout le pays et des représentants du corps diplomatique de Colombo. La réunion a été organisée afin de permettre aux participants de partager des informations sur la situation actuelle des droits de l'homme au Sri Lanka. NPSL prévoit de faciliter des réunions similaires sur une base mensuelle, dans le but d'établir et de maintenir un large réseau de personnel d'ambassade et de DDH afin qu'ensemble, ils puissent commencer à élaborer des stratégies de soutien et des mesures de sécurité, et des plans d'urgence pour assurer la sécurité des DDH.

L' DRH L'unité a également animé un autre de sa série de forums d'invités ; un professeur de la Faculté de droit de l'Université de Colombo a fait une présentation intitulée « Droit international et acteurs non étatiques ». Et, après s'être arrangé pour le UE Les lignes directrices sur les défenseurs des droits de l'homme doivent être traduites en cinghalais et en tamoul, respectivement, NPSL commencé à les distribuer aux DDH sri-lankais.

Vous pouvez protéger les civils qui vivent ou fuient un conflit violent. Votre contribution transformera la réponse mondiale aux conflits.
flèche droite
Français