fbpx
Chaque dollar égalé jusqu'à $50 000 jusqu'au 31 décembre ! Donnez aujourd'hui.
Notre mécanisme SpeakUp®
Logo Nonviolent Peaceforce avec point bleuDonner

Lettre commune exhortant les gouvernements américain et britannique à prendre des mesures urgentes et coordonnées pour faire face à l'escalade des atrocités au Soudan

Date: 29 août 2023

Cette lettre a été signée collectivement par plus de 275 organisations de la société civile, dont Nonviolent Peaceforce. Il a été rédigé dans un esprit de partenariat transatlantique et d'inquiétude partagée face aux crimes de guerre, aux crimes contre l'humanité et au génocide potentiel actuellement perpétrés au Soudan, pour exhorter les gouvernements américain et britannique à prendre des mesures urgentes et coordonnées pour faire face à l'escalade des atrocités, des destructions et des violences. campagne délibérée visant à déplacer et détruire des populations en raison de leur appartenance ethnique au Soudan.

29 août 2023

Chers Secrétaires Blinken et Cleverly,

Au nom de la Groupe de travail sur la prévention et la protection aux États-Unis et le Groupe de travail de la société civile du Royaume-Uni sur la prévention des atrocités, qui représente collectivement plus de 275 organisations de la société civile et experts en génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, nous écrivons dans un esprit de partenariat transatlantique et d'inquiétude partagée face aux crimes de guerre, aux crimes contre l'humanité et au génocide potentiel actuellement perpétrés au Soudan. pour exhorter les gouvernements américain et britannique à prendre des mesures urgentes et coordonnées pour faire face à l'escalade des atrocités au Soudan.

Depuis le 15 avril 2023, deux trajectoires de violence se sont propagées à travers le Soudan, nécessitant des réponses différentes mais immédiates. La violence entre les Forces armées soudanaises (SAF) et les Forces de soutien rapide (RSF) dans une bataille pour le contrôle territorial et politique provoque des morts, des destructions et des déplacements massifs. Sous couvert de ce conflit armé, une campagne distincte et délibérée visant à déplacer et à détruire les populations en raison de leur appartenance ethnique et raciale est systématiquement menée au Darfour dans le but d'achever le génocide qui a commencé en 2003.

Comme nos membres et partenaires au Soudan l'ont averti à plusieurs reprises, les RSF et leurs forces alignées continuent de progresser à travers le Darfour occidental et central, mettant en œuvre un schéma de violence qui a jusqu'à présent détruit au moins 27 villes et villages et utilise de plus en plus la violence sexuelle et sexiste comme arme stratégique pour terroriser les femmes non arabes. Les RSF encerclent d’abord une ville, puis l’affaiblissent en coupant l’accès à la nourriture, aux médicaments, à l’électricité et à Internet, avant de submerger la population de tactiques telles que les incendies criminels, les violences sexuelles, la destruction des infrastructures vitales et les meurtres. Ces forces sont désormais entrées dans Nyala, la capitale du Darfour Sud, où ce modèle se répète. Si des mesures immédiates ne sont pas prises, El Fasher, où vivent plus de 600 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) qui ont déjà été victimes d'atrocités massives, sera le prochain.

Jusqu’à présent, la communauté internationale s’est concentrée sur la réponse humanitaire et sur un processus de paix défectueux. La recherche de la paix, qui repose sur la bonne foi d’acteurs dont il est prouvé qu’ils sont mauvais, ne parviendra certainement pas à mettre fin à la violence au Darfour ou au conflit dans son ensemble. En fait, donner la priorité aux négociations visant à créer un cessez-le-feu durable entre les FAS et les RSF tout en négligeant les efforts visant à lutter contre les violences de masse fondées sur l’identité, généralisées et systématiques au Darfour, risque de créer un environnement propice à une catastrophe. Même si l’aide humanitaire et les préparatifs d’un processus de paix inclusif sont essentiels, la prévention des atrocités doit être un élément clé de la politique des États-Unis et du Royaume-Uni à l’égard du Soudan. La lutte contre les atrocités et leur prévention ne peuvent rester une question secondaire ; il doit plutôt s’agir d’une priorité de premier ordre et être abordée parallèlement aux crises humanitaires et politiques en cours.

En tant qu’experts en matière de violence de masse fondée sur l’identité et d’atrocités de masse, le groupe de travail américain sur la prévention et la protection, le groupe de travail britannique sur la prévention des atrocités et les organisations soussignées reconnaissent qu’il n’existe pas de solutions simples. Cependant, même à ce stade le plus grave, les États-Unis et le Royaume-Uni peuvent contribuer à ralentir la dynamique de la violence, forcer les mandataires étrangers qui soutiennent actuellement les factions belligérantes à faire une pause et, en fin de compte, ouvrir la voie à des mesures de protection indispensables pour sauver des vies.

Nous exhortons les États-Unis et le Royaume-Uni à adopter une approche multidimensionnelle et multisectorielle de la crise au Soudan, centrée sur les civils vulnérables et les besoins de protection pour répondre et prévenir immédiatement les atrocités. Pour y parvenir efficacement, les États-Unis et le Royaume-Uni doivent – sans délai ni équivoque – dénoncer la violence, notamment en les condamnant publiquement par des responsables aux plus hauts niveaux du gouvernement, et noter le caractère sexuel et sexiste extrême de ce conflit. Nous accueillons le Déclaration du 22 août du ministre britannique pour l'Afrique, Andrew Mitchell, exprimant son inquiétude face aux crimes de guerre et aux atrocités en cours au Darfour. Les États-Unis devraient s’appuyer sur cette initiative et publier une détermination formelle des atrocités commises. Les gouvernements américain et britannique doivent déployer immédiatement tous les mécanismes de protection disponibles pour les civils et les travailleurs fournissant une aide humanitaire vitale, des documents et d'autres services sur le terrain, et soutenir les efforts visant à protéger, signaler et répondre aux enfants, aux problèmes sexuels et au genre. basée sur la violence. Les États-Unis et le Royaume-Uni devraient rapidement consacrer des fonds, en particulier des fonds flexibles, pour assurer une solide protection des civils au Soudan et accroître leur soutien aux frontières, aux communautés locales et dans les pays d’accueil pour répondre aux besoins critiques des réfugiés et des personnes déplacées. En identifiant des points d'entrée pour soutenir durablement les partenaires, les groupes locaux, les comités de résistance et les organisations non gouvernementales internationales déjà sur le terrain travaillant sur la protection, les États-Unis et le Royaume-Uni peuvent tirer parti de leurs relations existantes, de la confiance de la communauté et de leurs programmes pour intensifier leurs efforts de protection. plus largement.

Au-delà de nommer et de dénoncer ceux qui ordonnent et commettent des atrocités, les États-Unis et le Royaume-Uni devraient censurer et sanctionner ceux qui fournissent les armes et les ressources et protéger les routes d’approvisionnement pour les faciliter. Ensemble, les États-Unis et le Royaume-Uni devraient tirer les leçons des erreurs du passé et utiliser les meilleures pratiques fondées sur des données probantes en poursuivant un processus de paix inclusif qui élève les voix, les besoins et la participation de ceux qui sont les plus touchés par la violence au Soudan, en particulier les femmes, les jeunes, et les communautés ethniques persécutées.

Les États-Unis et le Royaume-Uni devraient également utiliser leur rôle au sein des institutions internationales et régionales pour obtenir une condamnation généralisée des atrocités commises au Soudan et investir dans des efforts urgents de protection et de prévention, ainsi que dans une surveillance, une documentation et une responsabilisation accrues. Les États-Unis, en particulier, devraient tirer parti de leur rôle de président du Conseil de sécurité de l’ONU pour intensifier le débat et la condamnation des atrocités et appeler les États membres à agir pour répondre aux crises politiques, humanitaires et des droits de l’homme qui s’aggravent. Ils devraient également travailler avec leurs partenaires pour exercer une pression diplomatique coordonnée sur les interlocuteurs concernés au Soudan afin de faciliter un accès humanitaire sûr à l’intérieur et à l’intérieur du Soudan. Le leadership collectif des États-Unis et du Royaume-Uni pour braquer les projecteurs sur la violence brutale au Soudan et condamner ses auteurs peut aider à galvaniser le reste de la communauté internationale pour créer un coin protecteur entre les armes et les civils innocents grâce à l’utilisation de tous les mécanismes de protection disponibles.

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont démontré leur engagement en faveur du programme de prévention des atrocités, des progrès dans l’institutionnalisation des préoccupations liées aux atrocités en interne et dans la coordination internationale par le biais d’entités telles que le Groupe de travail international sur la prévention des atrocités. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont fait preuve d’un leadership louable face à l’agression russe en Ukraine et, en particulier, d’une clarté sans faille en nommant, condamnant et affrontant les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité qui constituent un principe central de la stratégie russe. Cependant, lutter contre les atrocités de masse nécessite une cohérence entre les continents et les contextes. L’incapacité d’agir, où que ce soit, favorise l’impunité partout et compromet l’obligation collective d’assurer la protection des civils et de prévenir de tels crimes.

La situation au Soudan aujourd'hui constitue une mise en accusation flagrante de l'incapacité de la communauté internationale à répondre de manière adéquate au génocide au Darfour il y a 20 ans. Les atrocités criminelles de masse sont des processus continus et non de simples événements. Par conséquent, la prévention des atrocités doit être une priorité de premier ordre, abordée de manière continue avant, pendant et après, afin de s’attaquer aux causes et aux effets de la violence et des conflits violents. La prévention des atrocités nécessite des efforts constants et cohérents de la part des principaux dirigeants mondiaux tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, ainsi que de l’ensemble de la communauté internationale, pour centrer la prise de décision et les besoins des personnes les plus exposées. En ne respectant pas les processus de responsabilisation et en marginalisant les communautés les plus touchées par la violence au cours des deux dernières décennies, les promesses du « plus jamais ça » n’ont une fois de plus été déçues au Darfour. Ne pas agir immédiatement entraînera davantage de souffrances et d’atrocités massives. Cependant, les États-Unis et le Royaume-Uni disposent d’une opportunité urgente d’influencer le conflit et de sauver des vies grâce à leur partenariat transatlantique de longue date. Grâce à une approche coordonnée et multisectorielle qui s'attaque aux facteurs de violence, aux impacts humanitaires du conflit et des atrocités, ainsi qu'à la prévention, à la protection et à la responsabilisation, les États-Unis et le Royaume-Uni peuvent, ensemble, ralentir, arrêter et, à terme, prévenir de nouvelles violences et promouvoir la paix dans cette région qui souffre depuis longtemps.

Merci.

Sincèrement,

● Agir pour le Soudan

● Alliance pour la consolidation de la paix

● Comité de service des amis américains

● L'Institut d'Auschwitz pour la prévention du génocide et des atrocités de masse

● Au-delà du conflit

● Centres pour civils en conflit (CIVIC)

● Réseau caritatif et de sécurité

● Institut des éducateurs pour les droits de l'homme (EIHR)

● Centre européen pour la responsabilité de protéger (ECR2P)

● Comité des amis sur la législation nationale

● Fonds pour la paix

● Institut de Georgetown pour les femmes, la paix et la sécurité

● Centre mondial pour la responsabilité de protéger

● Réseau d'action international de la société civile

● Institut pour la prévention du génocide et des atrocités massives

● Les investisseurs contre le génocide

● Enfants invisibles

● Institut Jacob Blaustein pour l'avancement des droits de l'homme

● La Fondation Jo Cox

● Coalition du Massachusetts pour sauver le Darfour

● Institut d'études sur le génocide et les droits de la personne de Montréal

● Projet de paix du Minnesota

● Groupe de défense des droits des minorités

● L'Institut Nouvelles Lignes

● Coalition Plus jamais ça

● Pas d'affaire avec le génocide

● Force de paix non violente

● Un avenir pour la Terre

● Paix Direct

● Approches de protection

● Droits pour la paix

● Soudan Illimité

● Unis contre l'inhumanité (AUI)

● Nations Unies Royaume-Uni

● Videre est Credere

● Gagner la paix

● Réseau des femmes pour la paix

Vous pouvez protéger les civils qui vivent ou fuient un conflit violent. Votre contribution transformera la réponse mondiale aux conflits.
flèche droite
Français