fbpx
Chaque dollar égalé jusqu'à $50 000 jusqu'au 31 décembre ! Donnez aujourd'hui.
Notre mécanisme SpeakUp®
Logo Nonviolent Peaceforce avec point bleuDonner

Deux dirigeants réfléchissent à la manière d'éliminer les obstacles grâce à l'apprentissage et à l'écoute

Date: 14 février 2024

En octobre 2023, au Rassemblement international sur la protection/accompagnement des civils non armés dans la région de Genève, 84 participants—praticiens, partenaires communautaires et ONG, chercheurs et universitaires—ont partagé leurs idées et présenté des exemples factuels de leur travail. Les participants ont attesté à quel point la protection des civils non armés (PCU) a été efficace dans divers contextes et pourquoi ils estiment qu'elle est essentielle à la construction d'une paix durable à long terme.

Les mamans sud-soudanaises sont assises à droite avec des microphones et font leurs présentations au public, tandis que les médias et les animateurs de la conférence les filment.

Des exemples concrets de l'action de l'UCP ont été partagés par des civils et des dirigeants du monde entier, de l'Ukraine à la Colombie, en passant par les États-Unis, la Sierra Leone et le Soudan du Sud. Elizabeth et Mary, dirigeantes de l'équipe de protection des femmes (WPT) au Soudan du Sud, ont parlé de l'incroyable travail de protection qu'elles ont mené au sein de leurs communautés.

Réflexions d'Elizabeth Akon, chef de l'équipe de protection des femmes à Rumbek, Soudan du Sud

Je m'appelle Elizabeth Akon de Malengagok Payam* à Comté de Rumbek Estty. Je travaille en tant que membre de l'équipe de protection des femmes (WPT) chez NP depuis 2015, et même après la fin de mes fonctions officielles en 2022, j'ai poursuivi mes efforts de maintien de la paix. Même si ma communauté n'a plus besoin de la présence des agents de protection de NP, notre engagement à promouvoir la paix persiste.

Récemment, j'ai eu l'occasion d'assister à une conférence à Genève où nous avons présenté le travail impactant que nous accomplissons dans notre communauté. Porter l'uniforme du WPT m'aide non seulement à me démarquer, mais cela nous vaut également le titre attachant de « People for Peace » dans notre communauté. Chaque fois qu'il y a un problème ou un conflit, les dirigeants locaux (tels que les chefs et les administrateurs payam) se tournent vers nous pour obtenir de l'aide afin d'impliquer différentes parties et de favoriser la paix.

Un incident particulier me vient à l’esprit :

Peu après la guerre en 2016, l’armée avait occupé l’école de My Payam. Le chef de notre communauté m'a demandé de l'aider à convaincre l'armée de quitter les lieux afin que les enfants puissent reprendre leur scolarité. Avec facilité, les autres WPT et moi-même avons réussi à négocier la situation et l'armée a déménagé vers un autre endroit, permettant à l'école de rouvrir..

Je suis absolument heureux que NP m'ait emmené à Genève. La leçon la plus importante que j’ai apprise est l’importance de la persévérance et de ne jamais abandonner. Nous devons poursuivre le travail que nous accomplissons, quels que soient les obstacles qui se présentent à nous.

Malgré ma connaissance limitée de la langue anglaise, j'ai apporté des contributions significatives lors de la conférence. Nous avons engagé des discussions sur les défis auxquels nous sommes confrontés dans notre travail communautaire. C'était révélateur de réaliser que d'autres endroits, comme Burundi, rencontrent également des problèmes similaires, voire plus graves, que ceux que nous connaissons au Soudan du Sud.

A mon retour à Roumbek, j'ai hâte de contacter notre chef de groupe et de partager toutes les idées et connaissances précieuses que j'ai acquises lors de la conférence. J'ai hâte de me connecter avec d'autres groupes voisins à Malek Payam, Rumbek Center, Chuecuk, Mathiangkok, Pachuong et Malengakok Payams. Je me ferai également un devoir de rencontrer les groupes de jeunes et les représentants de l'armée de ma région.

L’excitation et l’enthousiasme que je ressens à propos de ces expériences dépassent les mots. C'est vraiment un miracle que j'aie eu l'opportunité de participer à cette conférence et d'être témoin des luttes communes des communautés de différentes parties du monde. Cela n’a fait que renforcer ma détermination à poursuivre notre travail et à avoir un impact positif au Soudan du Sud.

Réflexions de Mary Nyachat Chuol, chef de l'équipe de protection des femmes dans le camp de personnes déplacées de Juba, au Soudan du Sud

Je m'appelle Mary Nyachat Chuol. Je suis le point focal des WPT dans le camp de personnes déplacées internes (IDP) de Juba. Notre voyage vers le camp a commencé en 2013, au milieu du chaos de la guerre. Déterminée à surmonter les défis auxquels nous étions confrontés, j'ai pris l'initiative de former un groupe de femmes dédiées à répandre l'amour et la paix entre nous.

En 2015, nous avons été transférés à Jebel, et c'est à ce moment-là que la véritable magie s'est produite. J'ai rallié une incroyable équipe de 69 femmes et leur ai dispensé une formation complète sur la prévention de la violence sexiste et sur la transformation de leur état d'esprit pour survivre et prospérer. Ensemble, nous nous sommes lancés dans une mission visant à faire la différence.

Pour soutenir notre cause, nous avons commencé à vendre du bois de chauffage. Il ne s’agissait pas seulement de gagner sa vie ; il s’agissait de nous autonomiser nous-mêmes et nos camarades femmes du camp. De nombreuses femmes de notre groupe étaient originaires de Mundri, Yei, Malakal, Rumbek et Unity, représentant des horizons et des expériences divers.

Mes compétences en coordination, perfectionnées au cours de notre séjour de 15 ans dans un camp au Kenya pendant la guerre d'indépendance du Soudan du Sud, ont joué un rôle déterminant dans la direction de cette incroyable équipe. Je suis fier de dire que je peux communiquer couramment en dinka, nuer, swahili, anglais et même un peu de français !

Notre parcours a été difficile, mais il a aussi été incroyablement enrichissant. Nous avons été témoins du pouvoir de l’unité et de l’impact de la propagation de l’amour et de la paix dans notre communauté. Ensemble, nous brisons les barrières, brisons les stéréotypes et créons un avenir meilleur pour nous-mêmes et pour les générations à venir. Je suis remplie d’enthousiasme et de passion alors que je continue de diriger ce groupe remarquable de femmes. Notre travail est loin d’être terminé, mais avec détermination et résilience, nous continuerons d’inspirer le changement et d’avoir un impact durable.

À Genève, j’ai eu une révélation révélatrice : le Soudan du Sud n’est pas le seul à faire face à des défis. Je me suis rendu compte que les gens partout dans le monde sont aux prises avec leurs propres problèmes. Cette prise de conscience a allumé en moi un feu pour me concentrer sur notre jeune génération, pour lui inculquer le pouvoir des idées positives qui peuvent transformer leur perception de la violence et des conflits.

Je crois fermement que nous devons impliquer activement les garçons et les filles dans des activités telles que le sport, l'éducation, le mariage et l'église. Ces voies constituent des outils puissants pour rassembler les gens et favoriser une coexistence pacifique. Imaginez l’impact que nous pouvons avoir en entretenant des relations et en promouvant l’harmonie via ces canaux !

Pendant mon séjour à Genève, j'ai prié pour avoir la force et les conseils nécessaires pour apporter des changements positifs significatifs dans ces domaines. Je suis heureux à l’idée d’être un agent de transformation, travaillant à l’établissement de relations et à la promotion de la paix. Je suis enthousiasmé à l’idée d’imaginer un avenir où notre jeune génération embrasse l’unité et l’harmonie, ouvrant la voie à un avenir meilleur.

Embarquons ensemble dans ce voyage, alimentés par la passion et la détermination, alors que nous travaillons à créer un monde où les conflits sont résolus par la compréhension, la compassion et la coopération.

* * *

Qu’est-ce que la protection/accompagnement des civils non armés ?

La Protection/Accompagnement des Civils Non Armés (UCP/A) est un approche non armée dirigée par des civils il a été prouvé qu’elle réduit la violence, augmente la sûreté et la sécurité des civils et contribue durablement à la sécurité humaine à long terme dans les crises complexes et les conflits violents à travers le monde.

*Qu'est-ce qu'un payer ?

Au Soudan du Sud, un payer est une zone administrative ou une région du pays. Il s'agit d'une unité administrative locale qui contribue à la gouvernance et à l'organisation des régions du pays. Les payams sont subdivisés en bomas, qui sont des unités administratives plus petites.

Ces divisions sont importantes pour la gouvernance locale, la prestation de services et la représentation au sein de la structure gouvernementale du Soudan du Sud. Un payam peut être vaguement comparé à une ville divisée en petits villages (bomas).

* * *

Le Rassemblement international sur la protection et l'accompagnement des civils non armés (UCP/A) a été organisé par Nonviolent Peaceforce et s'est tenu du 9 au 11 octobre à Ferney-Voltaire, en France.

La table ronde politique a été organisée par les missions permanentes auprès des Nations Unies des Pays-Bas, du Costa Rica, de la Sierra Leone et des Philippines et de Nonviolent Peaceforce et s'est tenue le 11 octobre à Genève, en Suisse.

Note de l'éditeur: Le texte a été légèrement modifié pour plus de clarté.

Vous pouvez protéger les civils qui vivent ou fuient un conflit violent. Votre contribution transformera la réponse mondiale aux conflits.
flèche droite
Français