fbpx
Chaque dollar égalé jusqu'à $50 000 jusqu'au 31 décembre ! Donnez aujourd'hui.
Notre mécanisme SpeakUp®
Logo Nonviolent Peaceforce avec point bleuDonner

Négocier la paix pour résoudre les conflits : Partie I

Date: 3 avril 2024

Par Aldrin Norio et Denise Cadorniga

Juste avant le début du Ramadan, 250 familles déplacées se sont tournées vers Nonviolent Peaceforce (NP) et des partenaires communautaires pour négocier la paix entre les groupes combattants et pour obtenir du soutien afin de faciliter leur retour en toute sécurité dans leur communauté.

Forcé de fuir

Le 15 septembre 2022, trois membres de l'armée philippine ont été pris dans une embuscade tendue par un groupe violent dirigé par Abbas Jangkatan et associé à Abu Sayyaf.

Une semaine après l’attaque, l’armée a commencé à rechercher Abbas et son groupe. Le groupe d'Abbas a continué à fuir avec les fusils à la main qu'ils avaient pris au soldat qu'ils avaient tué et a choisi comme cachette une petite communauté de Bato Mapoteh, dans la ville de Tipo-Tipo. Cette poursuite violente s'est poursuivie pendant plus de six mois et a parfois impliqué d'autres groupes armés impliqués dans les violences.

Pendant ce temps, famille après famille à Batu-Mapoteh ont été forcées de quitter leur domicile. Au total, environ 250 familles ont quitté leur domicile, sans préparation, et ont pris la fuite. Sans centres d'évacuation vers lesquels se rendre, la plupart d'entre eux sont restés avec leurs familles et leurs proches dans les villages et villes voisins.

Alors que les femmes et les personnes âgées évacuaient leur quartier, elles ont partagé, "A cause de trop de peur, nous avons couru dans des directions différentes sans rien emporter, certains sont allés à la montagne."

"Pour prendre soin de vous, vous devez savoir que vous êtes à la recherche de tout ce que vous voulez, et je peux vous offrir un paquet."

Cherché à intervenir

NP est présent dans la région depuis 2007 en tant que partenaire de longue date du gouvernement philippin et du Front Moro islamique de libération (MILF) dans leur processus de paix. Ayant bâti une profonde confiance avec les deux parties au conflit, NP surveille les questions de protection des civils et construit la paix aux côtés des communautés locales en utilisant des stratégies non armées. Aujourd'hui, les dirigeants du MILF, avec Soldats de l'armée, et le soutien de NP, surveillent le cessez-le-feu qui maintient la paix entre eux. Et ils répondent aux besoins et aux tensions qui surgissent au sein de la communauté pour garantir la pérennité d’une paix plus large.

Alors que les mois s'éternisaient, les familles déplacées du conflit entre le groupe Abbas et l'armée ont commencé à tendre la main aux dirigeants du NP et du MILF et à leur demander de l'aide pour rentrer chez elles, en particulier à l'approche du Ramadan. Dans le cadre d’une mission audacieuse et cruciale, les dirigeants du MILF, avec le NP, se sont lancés dans une série d’actions diplomatiques de navette pour dialoguer avec le groupe Abbas et l’armée philippine afin de mettre fin à la violence continue découlant de ce mois de septembre.

Premièrement, l'équipe de négociation a fait part du sort des familles déplacées et de leur désir de rentrer chez elles à l'unité de gouvernement local (LGU) de Tipo-Tipo par l'intermédiaire du vice-maire Ingaton Istarul et à l'armée philippine. Puis, dans une rare opportunité, le groupe Abbas a transmis un message aux dirigeants du MILF notifiant leur volonté de revenir à une vie normale et leur souhait d'avoir un dialogue avec le LGU et l'armée. 

"Le LGU ne peut pas garantir la sécurité des civils de retour étant donné que le groupe Abbas est toujours armé et rôde autour du barangay Bagindan", a souligné le vice-maire.

"Hindi masisigurado ng LGU ang kaligtasan nga pabalik na sibilyan kung ang grupo ni Abbas may armas pa at malaya silang gumagala sa barangay Baguindan."

Lors de sa rencontre avec le groupe Abbas, l'équipe de négociation – composée de dirigeants du MILF et du personnel du NP – a documenté les demandes du groupe :

  1. Il ne sera pas fait mention ni discussion de reddition
  2. Le groupe ne doit pas rendre ses armes à feu
  3. Ils sont disposés à être sous la supervision du MILF dans la région et garantissent de ne commettre aucun acte ou atrocité illégal.
  4. Le détachement de l'armée situé dans la communauté de Bato Mapoteh se retirera
  5. Ils seront autorisés à revenir dans la communauté avec les civils.
  6. Le dialogue de paix sera mené avec le LGU et l'armée

L’équipe de négociation a ensuite relayé ces demandes du groupe Abbas au vice-maire et à l’armée, qui ont ensuite créé leurs propres contre-positions : 

  1. Il ne sera fait aucune mention de reddition mais le groupe Abbas sera soumis au rapport de débriefing de détention dans le cadre du programme d'armes légères et de petit calibre du gouvernement provincial.
  2. Le groupe Abbas doit conserver ses armes à feu après marquage au pochoir ou documentation
  3. L'armée doit quitter Bato Mapoteh et retourner à sa position d'origine. 
  4. L'Équipe conjointe de paix et de sécurité remplacera le détachement de l'armée à Bato Mapoteh jusqu'à ce que la situation soit complètement normalisée.
  5. Le groupe dirigé par Abbas sera sous la juridiction d'un commandant du MILF à Baguindan pour la supervision et la responsabilité.
  6. En guise de geste de sincérité, le groupe Abbas rendra les armes à feu confisquées aux membres de l'armée embusqués à Al-Barka

Au cours des jours suivants, l'équipe de négociation a fait la navette entre le groupe Abbas, le vice-maire et l'armée philippine jusqu'à ce qu'un consensus soit atteint sur un ensemble d'accords de paix.

Accord de paix crucial et tant attendu

Le 22 mars 2023, un dialogue de paix a finalement eu lieu au gymnase municipal de Tipo-Tipo. Toutes les parties au conflit et les équipes de négociation étaient présentes. Des familles déplacées étaient également présentes. Le NP, en tant que parti indépendant et non partisan, a co-facilité le dialogue de paix et a présenté les conditions de l'accord au groupe Abbas et aux parties prenantes du côté gouvernemental. 

À un moment donné, une confusion sur l’un des points de l’accord a provoqué de vives tensions. Les participants craignaient une fusillade dans le gymnase fermé et bondé. Mais NP, avec l’ensemble de l’équipe de négociation, a été capable de réagir rapidement à la tension et d’utiliser la confiance qu’ils avaient bâtie avec le groupe Abbas et l’armée pour clarifier l’accord et, finalement, garantir que l’accord soit signé par tous. 

Une fois l’accord finalisé, NP a participé aux efforts visant à accompagner les rapatriés chez eux. Les civils ont reçu des colis de secours de la part du maire adjoint, du ministère des Services sociaux et du développement du gouvernement régional de Bangsamoro. Les familles ont pu observer le Ramadan en famille, en sécurité chez elles, comme elles le souhaitaient.   

* * *

Cette initiative fait partie des initiatives de résolution des conflits dans le cadre du projet ATTAIN ou Accompanying the Transition, Transformation of Conflict, and Advocacy on Social Cohesion in the normalization of Bangsamoro, financé par l'UE, actuellement mis en œuvre dans BARMM, régions 9, 10 et 12 pour compléter le composante de protection civile des mesures de confiance et de sécurité dans le cadre de la normalisation et de la possibilité d'élargir la pratique des stratégies non armées de transformation des conflits et de cohésion sociale à une portée géographique plus large à Mindanao.

Vous pouvez protéger les civils qui vivent ou fuient un conflit violent. Votre contribution transformera la réponse mondiale aux conflits.
flèche droite
Français